Benin: l’exploitation du pétrole nigérien de nouveau autorisée

Le ministre des Mines a indiqué ce mercredi que le gouvernement a autorisé le chargement du premier navire.

Samou Seidou Adambi devant la presse mercredi 15 mai 2024 à Cotonou a précisé que l’exportation de pétrole nigérien via le port béninois de Sèmè a été à nouveau autorisée. « Le Bénin n’a aucun intérêt à nuire à l’Etat du Niger et à Wapco », (le partenaire chinois qui opère l’oléoduc), a fait savoir le Ministre des Mines. La réouverture de cette voie maritime entre ces deux pays débloque une situation tendue depuis plusieurs mois entre Porto-Novo et le régime militaire de Niamey.

En fait, depuis l’inauguration au Niger en novembre dernier d’un oléoduc géant qui vise à faciliter l’acheminement du pétrole brut extrait du gisement d’Agadem (sud-est) jusqu’au Benin voisin, aucun chargement au port de Sèmè Kpodji n’a pu démarrer. Les causes évoquées sont entre autres la fermeture des frontières entre le Niger et ses voisins après les sanctions imposées par la Cedeao. C’était à la suite du coup d’État qui a renversé le président Mohammed Bazoum en juillet 2023. Une autre cause est le choix par le Niger de maintenir ses frontières fermées après que la suspension a été levée.

LIRE AUSSI:  Niger/Benin: pas de dégel en vue

Une situation qui avait irrité le président béninois Patrice Talon. Il a appelé la semaine dernière les autorités nigériennes à rouvrir leur frontière, si Niamey voulait exporter son pétrole depuis le port de Sèmè. « Cette autorisation ponctuelle et provisoire ne saura être une règle de conduite », a néanmoins prévenu le ministre des Mines, faisant comprendre que Porto-Novo pourrait à nouveau suspendre son autorisation en cas de manque de coopération de la part de Niamey, notamment sur la réouverture totale de leur frontière commune. La fermeture de la frontière avec le Niger a eu un impact important sur les recettes publiques du Bénin et sur le coût des denrées alimentaires qui ont augmenté.

Selon le site d’information Africa Intelligence, cette décision fait suite à la visite d’une délégation de fonctionnaires des ministères chinois des Affaires étrangères et de l’Energie, ainsi que des cadres de China National Petroleum Corp (CNPC), qui se sont entretenus mercredi avec Patrice Talon et les ministres béninois des Mines et des Affaires étrangères. Pour Wen Yuan, un des représentants de Wapco, filiale de la CNPC (société responsable de l’extraction du pétrole du gisement d’Agadam), ce pipeline sera symbole d’amitié entre les trois pays. Il indique aussi qu’actuellement « nous sommes au stade de mise en production, de transport et d’exploitation du pétrole ».

 

Tatiana Kuessie avec l’AFP