Performance: l’Ivoirien Krecoum Loevan Niels champion du monde de la dictée

A 10 ans, cet élève en classe de Cm2 est le vainqueur du concours international Paul Gérin-Lajoie (PGL) organisé à Montréal au Canada.

Krecoum Loevan Niels Samuel-Marie fait la fierté de toute la Côte d’Ivoire depuis le dimanche 19 mai 2024 en remportant le concours international de la dictée Paul Gérin-Lajoie (PGL). Il décroche ainsi le titre de champion du monde de la catégorie des « classes de français, langue seconde » avec un sans-faute à l’épreuve finale. C’était lors de la 33e édition de cette compétition d’orthographe et de culture française organisée à l’université Laval au Québec. Krecoum Loevan Niels Samuel-Marie s’est donc imposé face à 71 autres participants, tous élèves francophones venus d’une quinzaine de pays à travers le monde. Les textes sélectionnés pour évaluer les élèves étaient en lien avec des thématiques de choix telles que le leadership des enfants, les enfants réfugiés climatiques, les égalités des chances et les luttes contre les discriminations.

Agé de 10 ans, le jeune lauréat est inscrit en classe de CM2 à l’école le P’tit Royaume à Bonoumin (Abidjan). Son aventure dans ce concours débute le 23 mars dernier lorsqu’il est sélectionné à Yamoussoukro pour représenter son pays au Canada. Quand le 19 mai il est proclamé grand vainqueur de cette bourse d’une valeur de 2000 Dollars, soit plus d’un million de Fcfa, le petit prodige ne peut contenir sa joie et laisse couler quelques larmes. « J’étais heureux pour moi-même. Je pensais à mes parents, à toute ma famille. Je pensais également à tous mes amis qui m’envoyaient chaque jour des messages d’encouragement et de soutien. Je pensais à mon école ainsi qu’à toute la Côte d’Ivoire. C’était magique ce moment-là », affirme Krecoum Loevan.

LIRE AUSSI: Letsile Tebogo: le sprinteur qui vise l’or aux JO de Paris  

Son séjour au canada sera de courte durée, car le jeune garçon a un examen à présenter dans quelques semaines. « Je n’ai pas eu le temps de visiter le Canada puisqu’il fallait que je rentre préparer mon examen d’entrée en 6ème», a-t-il déclaré sur le plateau de l’émission « Allume la Télé », à son retour le 20 mai. En terre natale, Krecoum Loevan est accueilli en triomphe par une délégation du ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation. Il va aussi célébrer sa victoire avec sa famille et son école (camarades et enseignants), qui ont été d’un soutien inconditionnel pour lui.

Pour ses proches et la nation ivoirienne, Krecoum Loevan est un génie. Une qualification réfutée par ce dernier qui se voit plutôt comme « une personne normale ». Le jeune garçon à l’allure mature et à l’éloquence remarquable dans ses prises de paroles confie avoir beaucoup travaillé et en être fier. Sa réussite à cette compétition, il la doit en majeure partie à son amour pour la lecture et au soutien de ses parents qui l’ont aidé à maitriser les règles de vocabulaire, d’orthographe, de conjugaison et de grammaire. « Je fais des dictées sur différents sites, dont celui de la fondation (Paul Gérin-Lajoie) », révèle celui qui s’était donné pour challenge de « venger » sa sœur ainée qui, 2 ans plus tôt avait participé sans succès à cette même compétition. A peine 10 ans, le vainqueur du concours de dictée est également un surdoué des mathématiques et rêve devenir plus tard, le directeur de l’OMS (organisation mondiale de la santé).

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara « choix naturel » du RHDP pour la présidentielle de 2025

En rappel, le concours international de la dictée Paul Gérin-Lajoie (PGL) a pour cible les élèves du primaire et du 1ᵉʳ cycle du secondaire, issus des établissements scolaires publics et privés. Il œuvre à la valorisation de la langue française, à travers la mobilisation citoyenne face aux enjeux de solidarité internationale en vue d’une éducation de qualité. Il est important de rappeler qu’en Côte d’ivoire, le taux d’analphabétisme est estimé à 47% selon l’Unesco. C’est donc dans l’optique de réduire ce pourcentage, que la dictée a été réintroduite dans le système éducatif ivoirien à la rentrée 2021 après plusieurs années d’absence.

Tatiana Kuessie