Burkina Faso : un avocat inculpé pour “complot contre la sûreté de l’État”

Me Guy Hervé Kam, cofondateur du mouvement Balai Citoyen, a été mis en examen et placé en détention provisoire le 29 mai 2024.

Le procureur militaire, le capitaine Ferdinand Ahmed Sountoura, a déclaré que Me Guy Hervé Kam et trois autres civils, à savoir Mathias Ouédraogo, Mahamadi Ouédraogo et Amado Ouédraogo, auraient collaboré avec des militaires et d’anciens militaires pour commettre des actes portant atteinte à la sûreté de l’État au cours du mois d’août 2023. «Il (Me Guy Hervé Kam) a été entendu, mis en examen puis placé en détention provisoire par le juge le même jour pour des faits de complot contre la sûreté de l’État et association de malfaiteurs», a déclaré le capitaine Sountoura Ahmed Ferdinand. «L’instruction suit son cours au cabinet n°2 du Tribunal Militaire», a-t-il ajouté.

Le 24 janvier dernier, vers 23 heures, l’avocat, qui revenait de Bobo-Dioulasso (à l’ouest), a été appréhendé dès son arrivée à l’aéroport d’Ouagadougou par des agents se présentant comme appartenant à la Direction de la sûreté de l’État. Le cofondateur du mouvement de la société civile Balai Citoyen avait été inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État. Le 18 avril 2024, la Cour administrative d’appel d’Ouagadougou a ordonné sa libération. Cependant, le 29 mai, à sa sortie et proche de son domicile, il a été appréhendé par les forces de sécurité de l’État. «Nous condamnons la détention arbitraire de Me Guy Hervé Kam. Il a été arrêté et transféré sous la garde de la gendarmerie le 29 mai, puis placé en détention provisoire dans une prison militaire, sur la base de nouvelles accusations de complot contre la sûreté de l’État», a réagi Samira Daoud, directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale à Amnesty International, dans un communiqué, avant de renchérir : «Nous estimons que les accusations portées contre lui sont infondées et demandons sa libération immédiate et inconditionnelle».

Lire aussi: Togo : deux élèves condamnés pour outrage au président

Lors de sa conférence de presse, le parquet militaire du Burkina Faso a également expliqué que l’ancien chef d’état-major de la Gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Évrard Somda, est placé en détention provisoire depuis le 6 octobre 2023. Il est accusé de «complot contre la sûreté de l’État, association de malfaiteurs, violation de consignes et incitation à commettre des actes contraires aux devoirs ou à la discipline». Il a également été indiqué que quatre autres officiers supérieurs de l’armée sont impliqués dans les mêmes accusations. Les nouvelles autorités déclarent avoir contrecarré à plusieurs reprises des tentatives de renversement du gouvernement. À la fin de septembre 2023, les autorités ont appréhendé des officiers militaires, des soldats, d’anciens militaires, des civils, des activistes et d’autres personnes soupçonnées de conspiration contre la sécurité de l’État.

Sonia Feugap