Zambie : 574 millions de dollars pour faire face à la sécheresse

En soutien à la lutte contre le phénomène climatique El Niño, le FMI pourrait faire passer la dette de ce pays d’Afrique de 1,3 à 1,7 milliard comme l’a sollicité le gouvernement Zambien.

Mardi dernier, le Fonds Monétaire International (FMI) a annoncé son accord pour le déblocage d’environ 574 millions de dollars en aide financière à la Zambie. Cette aide vise à aider le pays à faire face à une grave sécheresse, qui a entraîné des coupures de courant et des pénuries alimentaires. Sous réserve de l’approbation du conseil d’administration du FMI d’ici la fin du mois de juin, cet accord permettra à la Zambie d’accéder immédiatement à environ 574 millions de dollars.

LIRE AUSSI: Nigeria : des discussions engagées autour du nouveau salaire minimum

Dans son communiqué, le FMI a expliqué que la Zambie s’était engagée à orienter l’aide d’urgence vers les populations les plus vulnérables, tout en soutenant les efforts visant à assainir les finances publiques afin de restaurer la viabilité de la dette. Après examen d’un prêt de 1,3 milliard de dollars accordé en 2022, un accord a été conclu au niveau des hauts fonctionnaires. Le gouvernement zambien, qui est fortement endetté, avait demandé à ce que le montant du prêt soit porté à 1,7 milliard de dollars.

Cette assistance du FMI intervient dans un contexte où les défis macroéconomiques sont devenus plus complexes à gérer en raison de la grave sécheresse, comme l’a souligné Vera Martin, chef de mission du FMI pour la Zambie. Le mois dernier, l’agence alimentaire des Nations Unies a mis en garde contre les conséquences de la sécheresse causée par le phénomène météorologique El Niño en Zambie, qui a détruit les cultures et mis des millions de personnes au bord de la famine.

Dans ce pays riche en cuivre où plus de 80 % de l’électricité est produite par des barrages, la sécheresse a également entraîné des coupures de courant. En conséquence, le FMI a revu à la baisse sa prévision de croissance du PIB pour 2024, la fixant à 2,3 %, soit deux fois moins que l’estimation de décembre 2023.

Notre Afrik avec l’AFP