Niger : sept soldats tués près du Burkina Faso

L’assaut a visé une position militaire dans la zone de Boni, une localité du Sud-Ouest du pays.

 

Sept soldats nigériens sont décédés dans une attaque de présumés jihadistes près de la frontière entre le Niger et le Burkina Faso. Cet assaut visait une position militaire située à Boni, une localité du Sud-Ouest proche de la frontière du Burkina Faso. En riposte, les forces sécuritaires présentes ont tué plusieurs terroristes. Dans un communiqué, le ministère de la Défense établit le bilan provisoire à sept soldats tués et deux blessés dont un civil. «Quatre véhicules de l’armée ont été également détruits, tandis que plusieurs dizaines de terroristes ont été tués et leurs véhicules détruits», rajoute le communiqué.

Le général Salifou Modi, le ministre de la Défense du régime militaire nigérien au pouvoir depuis juillet 2023, a dans son communiqué rassuré la population quant à la capacité et à la détermination des forces de défense et de sécurité à continuer à lutter contre la menace terroriste. Boni est une localité administrée par le département de Torodi près de la frontière du Burkina Faso dans la région de Tillabéri. Cette grande région se trouve dans la zone de la frontière entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali. Malgré le déploiement massif de forces anti-jihadistes dans cette partie du pays, elle est depuis quelques années visée par des attaques des groupes armés. Elle est aussi un repère pour les jihadistes sahéliens, surtout ceux de l’État islamique du Grand Sahara (EIGS).

Lire aussi: Centre du Nigeria : une quarantaine de personnes tuées dans une attaque

Au début de ce mois de mai, des présumés jihadistes ont détruit un pont à Mossi-Paga, une autre localité près de Torodi, avec des explosifs. Selon l’armée nigérienne, ils tentaient d’isoler une ville burkinabé située à quelques dizaines de kilomètres. En août 2023, dans cette même zone, l’armée a subi l’une des plus grandes attaques depuis le début de ces conflits. Dix-sept soldats ont perdu la vie et vingt autres ont été blessés dans une embuscade terroriste. Cette partie du Niger n’est pas la seule à faire face aux affrontements. Au sud-est, le gouvernement affronte les groupes islamiques de Boko Haram et de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP).

Sonia Feugap avec AFP