Nigeria : une tempête fait cinq morts à Bauchi

Les personnes blessées ont été transportées à l’hôpital. Cependant les autorités locales craignent que le bilan ne s’alourdisse.

Dimanche soir, l’État de Bauchi a été frappé par une violente tempête. Ce qui a entraîné l’effondrement de plusieurs structures, notamment des habitations et un lieu de rassemblement où des personnes se trouvaient à l’intérieur. Ahmed Mohammed Wakil, porte-parole de la police de cet État a déclaré que les autorités ont immédiatement mobilisé des secours pour venir en aide aux victimes. Les services d’urgence ont évacué les blessés vers l’hôpital le plus proche. Une évacuation à la suite de laquelle cinq personnes ont perdu la vie suite aux blessures occasionnées par cette tempête.

Les dégâts matériels considérables causés par la tempête, ont laissé de nombreuses familles sans toit. Les autorités locales et les organisations humanitaires sont actuellement mobilisées pour offrir un soutien d’urgence. Il s’agit des abris temporaires, de la nourriture et des soins médicaux. Ahmed Mohammed Wakil a souligné l’importance de la solidarité communautaire dans ces moments difficiles et a encouragé les résidents à signaler toute personne disparue ou blessée. Alors que les opérations de sauvetage se poursuivent, les autorités locales redoutent un alourdissement du bilan. Les infrastructures endommagées et les routes bloquées rendent l’accès à certaines zones difficiles, compliquant davantage les efforts de sauvetage.

Lire aussi: Burkina Faso : une tornade fait trois morts et huit blessés

Cet évènement a lieu au moment où le pays connait de vives tensions. Les principaux syndicats du Nigeria ont lancé une grève pour revendiquer une augmentation de salaire face à la crise du coût de la vie, la plus sévère que le pays ait jamais connue. Les travailleurs ont interrompu le fonctionnement du réseau électrique national et ont expulsé les opérateurs d’une station de transmission clé, selon la Transmission Company of Nigeria. De plus, d’autres travailleurs envoyés pour rétablir le courant ont été empêchés d’agir.

Sonia Feugap