Kenya : l’effondrement d’un barrage fait au moins 40 morts

Le barrage d’Old Kijabe, près de la ville de Mai Mahiu à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Nairobi, a cédé.

Dans la nuit de dimanche à lundi 29 avril, les contreforts de terre du barrage d’Old Kijabe au Kenya ont cédé déversant les eaux du lac adjacent sur les maisons situées en contrebas. Le bilan provisoire établi par le gouvernement fait état de 45 morts. « Pour l’instant, 45 corps ont été retrouvés (…), l’équipe sur le terrain est débordée mais les recherches se poursuivent », a déclaré à l’AFP un officier supérieur de la police du comté de Nakuru.

Le drame s’est produit aux environs de 1h du matin. Les populations ont été prises au piège par des eaux longtemps retenues par des amas de terre formés naturellement au fil des décennies. C’était à la suite des travaux de construction d’une ligne de chemin de fer par les autorités coloniales britanniques. Selon des sources, des corps retrouvés sont ceux qui ont été bloqués par des arbres. La forte pression de l’eau aurait transporté plusieurs autres. « Ça a tout balayé sur son passage. Nous avons récupéré certains corps retenus par les arbres et nous ne savons pas combien sont sous la boue », a raconté à l’AFP Stephen Njihia Njoroge, un habitant.

LIRE AUSSI: Kenya: les inondations font 10 morts

Le ministre de l’Intérieur, Kithure Kindiki, a déclaré que le gouvernement avait ordonné aux autorités locales « d’inspecter tous les barrages et réservoirs d’eau publics et privés dans leurs juridictions dans les 24 heures ». Ces autorités devront aussi « identifier les situations où des ordres d’évacuation obligatoire et réinstallation temporaire doivent être émis », ajoute-il.

 

Mesures sécuritaires

Face aux nombreux incidents orchestrés par des pluies diluviennes attribuées au phénomène El Nino, le gouvernement Kenyan a pris des mesures sécuritaires. Par exemple, la reprise des cours prévue lundi 29 avril dans les écoles a été reportée d’une semaine. « Les effets dévastateurs des pluies dans certaines écoles sont si graves qu’il serait imprudent de risquer la vie des élèves et du personnel avant que des mesures d’étanchéité ne soient mises en place pour garantir une sécurité adéquate », a déclaré dans un communiqué Ezekiel Machogu, le ministre de l’Education.

De son côté, le ministre de l’Intérieur a mis en garde des individus qui mettent la vie des sinistrés en danger en essayent de les transporter (contre argent) des lieux inondés dans des embarcations fortuites. Les autorités ont enregistré plusieurs cas, dont celui du comté de Tana River (sud-est), où le sauvetage contre monnaie a fini au drame. La Croix-Rouge a annoncé avoir repêché deux corps sans vie et sauvé 23 personnes après qu’une embarcation a chaviré.

Notre Afrik