Afrique : plus de 76 millions de déplacés internes en 2023

 

 L’annonce est donnée par l’Observatoire des situations de déplacement interne ce mardi 14 mai.

 

En 2023, près de 76 millions de personnes se sont déplacées à l’intérieure de leur propre pays. Les conflits et les catastrophes naturelles sont mentionnés comme la cause principale de cette mobilité. Selon un groupe de surveillance des migrations, les violences au Soudan, en République démocratique du Congo (RDC) et au Moyen-Orient, sont considérées comme étant à l’origine des deux tiers de ces déplacements. « Au cours des deux dernières années, nous avons constaté un nombre alarmant de personnes contraintes de quitter leur domicile en raison des conflits et de la violence, même dans les régions où la situation semblait s’améliorer », a déclaré Alexandra Bilak, directrice de l’ONG.

Selon le rapport de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays a presque doublé au cours de la dernière décennie et a augmenté de 50 % au cours des cinq dernières années. Le rapport révèle qu’en 2023, 46,9 millions de déplacements physiques de personnes ont été enregistrés. Tout en précisent que la même personne peut se déplacer plusieurs fois. Rajoutant que dans la plupart des cas, après des catastrophes naturelles comme des inondations, les personnes finissent par retourner chez elles. La même étude atteste qu’à la fin de l’année dernière, environ 75,9 millions de personnes se trouvaient en situation de déplacement interne, dont la moitié dans des pays d’Afrique subsaharienne. Près de 90 % de l’ensemble des déplacements étaient dus à des conflits et à la violence, tandis que près de 10 % étaient causés par l’impact des catastrophes naturelles.

 Lire aussi: RDC : les ministres Kazadi et Rubota interdits de quitter le territoire

Au Soudan, 9 millions de personnes se sont déplacées en 2023. Selon le Centre l’IDMC, c’est un record pour le pays depuis 16ans qu’il a commencé à suivre ses chiffres. Ces nouvelles données représentent une augmentation de près de 6 millions de personnes par rapport à la fin de l’année 2022. « Les conflits et leurs conséquences empêchent des millions de personnes de reconstruire leur vie, souvent pendant des années », a affirmé la directrice de l’ONG. Le groupe a annoncé qu’au cours du dernier trimestre 2023, 3,4 millions de mouvements ont été enregistrés à l’intérieur de Gaza. Cela signifie que de nombreuses personnes se sont déplacé plus d’une fois sur ce territoire de quelque 2,2 millions d’habitants. La directrice du groupe, Alexandra Bilak, a déclaré que les millions de personnes forcées de fuir en 2023 étaient la “partie émergée de l’iceberg”, qui s’ajoute aux dizaines de millions de personnes déplacées en raison de conflits, de violences et de catastrophes antérieurs et persistants.

Sonia Feugap avec AFP